Siège de Dunkerque

Back

Dunkerque ne fut libérée que le 9 mai 1945, suite à un long siège de presque 9 mois.

Dunkerque ne fut libérée que le 9 mai 1945, suite à un long siège de presque 9 mois.

Malgré l’avancée de troupes alliées, remontant par la côte d’Opale, et qui libèrent Bruxelles le 3 septembre 1944, certaines villes côtières nécessitèrent bien plus de temps pour les libérer.

Dunkerque à cause de son statut de « Forteresse » (« Festung »), donné par Hitler, accueillait donc environ 12 000 soldats allemands. Il était donc évident pour les alliés, au vu de l’importante résistance des unités allemandes lors des premières attaques, que prendre Dunkerque nécessitait un assaut d’une grande envergure, avec de lourdes pertes potentielles.

Sachant que le port de Dunkerque serait inutilisable à cause des lourdes destructions, l’Etat-major allié donna une plus grande priorité à la libération du port d’Anvers, et à la bataille de l’Escaut. Il redéploya une grande partie des forces de canadiennes, puis britanniques  vers la Belgique. Seules restèrent pour tenir un siège la 1ère brigade blindée Tchécoslovaque.

Le siège commence donc le 15 septembre.

L’objectif n’était pas tant de prendre la ville, que de démoraliser les troupes allemandes et les décourager d’attaquer, ainsi que de faire des prisonniers. Les alliés effectuèrent des opérations de reconnaissance, des bombardements, des tirs d'artilleries et tentèrent aussi de diffuser de la propagande. Les troupes allemandes n’hésitaient pas à contre attaquer, voir même tentèrent plusieurs offensives, mais sans réel succès.

Côté mer, il était impératif de couper les voies de ravitaillement.

Grâce à l’intervention de la Croix Rouge, le 4 octobre 1944, 18 000 civils français ainsi que des soldats des deux camps furent évacués pendant une trêve de 36 heures. Il n'y eut aucun incident ne fut à déplorer, et les alliés offrirent même une prolongation pour permettre aux allemands de restructurer leur défenses, modifiées pour l’évacuation.

Suite à la capitulation allemande le 8 mai 1945, l'amiral Friedrich Frisius, qui commandait la Forteresse, ordonna la capitulation sans conditions, qui fut acceptée par le commandant des troupes tchèques le général de brigade Alois Liška.

Soldats Tchèques, à la Panne, Belgique, près de Dunkerque en 1945. Domaine Public.

Show slideshow